Ille-sur-Têt

Me voici approchant doucement de la date de mon anniversaire, avec l’envie de faire quelque chose de spécial, mais comme cette année le 27 mai tombe un lundi  les choses s’avèrent plus compliquées…

Nico me recontacte la semaine précédente, avec la nostalgie de la Bretagne et du beau temps. En effet on est vraiment dans une mauvaise semaine pluvieuse et grise, le genre de temps qui nous donnerait envie de rester sous la couette…ou de partir chercher le soleil ailleurs!

Il a du temps devant lui, quelques jours de vacances, l’envie de partir à l’inconnu. Moi à l’inverse j’ai une idée assez précise d’une expédition qui me tient à coeur. Finalement nous nous rejoindrons une fois de plus sur notre façon de voir notre expédition. Alors pourquoi pas faire quelque chose de spécial pour mon anniversaire mais en avance? Au diable les superstitions…

Voila à peu près un an et demi que je me passionne pour la géologie. Beaucoup plus d’un point de vue esthétique que scientifique, même si les écrits sur l’origine des roches et leur formation m’intéresse tout de même. Ce n’est pas une activité qui est apparu dans ma vie soudainement et pour laquelle je consacre des heures, mais plutôt un vif intérêt que je peux exploiter à loisir lors de mes voyages. Je pense par ailleurs me souvenir que tout a commencé le jour où j’ai été touchée par une des plus belles formations rocheuses du monde, dans le parc de Maria Island qui se trouve en Australie (Tasmanie plus précisément, et non ce n’est pas seulement moi qui le dit : http://www.topito.com/top-rochers-impressionnants numéro 32 pour voir les “painted cliffs”, les falaises peintes de Maria Island…Si vous aussi cet article vous donne des envies de voyage c’est normal. Si ça ne passe pas dans les prochaines heures, n’hésitez pas à consulter un médecin…Il se peut que ça s’aggrave)

Nous avons nous aussi en France quelques spécimens d’une rare beauté et nous sommes partis en explorer un pendant une petite virée de deux jours : le site des orgues d’Ille-sur-Têt.

Les orgues sont en réalité des “cheminées de fée”. Il se peut que l’expression ne vous dise rien, mais nous avons presque tous eu l’occasion d’en voir en biologie, ou au travers de livres ou articles/reportages relatifs aux voyages. Pour n’en citer que quelques-unes particulièrement célèbres : celles de la région de Cappadoce en Turquie, ou du parc de Bryce Canyon aux Etats-Unis (que je rêve tout particulièrement de voir un jour).

Les cheminées de fée sont des colonnes naturelles de roches, créées par différents phénomènes d’érosion. Une partie de la composition de ces cheminées du site d’Ille-sur-Têt est appelée “bad-land”, soit mauvaise terre, beaucoup moins poétique (car mauvaise pour l’agriculteur ou éleveur qui voit sa terre partir avec les pluies), mais la “sculpture” qui en résulte est une merveille pour nos yeux, particulièrement au lever ou au coucher du soleil. Et du soleil nous avons eu la chance d’en avoir durant ces deux jours…à croire qu’il était bien parti se réfugier en Cerdagne!

Pour en revenir à notre programme… il n’y a en réalité pas vraiment eu de programme, si ce n’est celui qui s’est décidé au fur et à mesure. J’aime utiliser au mieux mon temps lorsque je n’en ai pas beaucoup, ce qui était le cas cette fois-ci. Mais pour une fois, la première, j’ai décidé de laisser le hasard nous guider et tant pis si nous ne ferions pas grand chose de plus qu’Ille-sur-Têt pendant ces deux jours…

J’ai cette fois-ci rejoint Nico à Toulouse, et nous sommes partis à 11h avec une sympathique passagère supplémentaire dans la voiture. Nous avions en effet prévu de nous arrêter pour manger à Narbonne et nous avions donc proposer le trajet sur le site de covoiturage. Sabrina qui connaissait bien la ville nous a recommandé d’aller au restaurant d’amis à elle, le “Melting Pot”. Une merveille…une cuisine inventive, délicieuse et copieuse pour un prix plus que correct. Rajoutez à cela un service attentionné et souriant, que demander de plus? Nous ressortons ravis sous un soleil un petit peu joueur et des nuages taquins. Nous décidons tout de même de prendre le temps de visiter le centre ville de Narbonne, qui ma foi se parcourt tout de même assez vite… On s’interroge, on se demande où s’arrêter ensuite, puis nous finirons par suivre les conseils des gens qui nous parlent beaucoup de Gruissan… et qui nous aura au final beaucoup plu.

Nous serons au site d’Îlle-sur-Têt en fin d’après-midi, sous un soleil radieux. La balade ne prend qu’une heure, mais on se perd avec délice dans la contemplation des roches et du paysage, il est donc plus intéressant de prévoir plus large en terme de temps.

Le site se situe à un peu plus de deux heures de Toulouse. Je ne peux que vous recommander de flâner un peu à Narbonne (et pourquoi pas de vous arrêter au “Melting Pot) avant de rejoindre Ille-sur-Têt. Et si le coeur vous en dit, et si vous avez le temps, restez un peu plus longtemps dans cette région qui a tellement de trésors à offrir. La région de mon enfance et de mes vacances de Pâques… Merci Nico! :)

Cap de la chèvre

Nous voilà arrivés au sud de la presqu’île de Crozon. Ce site fait partie du parc régional d’Armorique. J’ai eu beau cherché je ne vois pas bien le rapport avec la chèvre…Je me plongerais dans des recherches un peu plus  actives un jour prochain…

Cette petite expédition est passée bien vite. Un petit bilan et coups de coeur sur cette petite aventure :

-Venir tôt (voir très tôt) le matin est toujours plus sympa (particulièrement sur la pointe du Raz). Vous êtes surs d’avoir moins de monde et de pouvoir tout de même profiter d’une belle lumière…

-La qualité des sites de camping. Nous avons dormi deux fois sous tentes, une fois à Camaret et l’autre fois à Carnac sur le retour. Sites très accueillants, tout autant que le personnel, prix vraiment attractifs.

-Les formidables micro-brasseries, si vous aimez la bière bien évidemment. Ca vaut le coup de s’arrêter à Concarneau pour tester la Tri Martolod, et la Britt à Tregunc. (pour ne citer que celles-la)

-La “potion magique”, à Carnac. Un restaurant avec un petit quelque chose bien à lui…

Nos adresses :

Pour la bière…

à Concarneau : http://www.trimartolod.fr/

à Tregunc : http://www.brasseriedebretagne.com/

Pour bien manger…

http://www.carnac.info/creperie-la-potion-magique.html

Pour bien dormir…

à Camaret : http://www.trezrouz.com/

à Carnac : http://www.camping-etang.fr/

Pointe de Pen-Hir

La pointe du Raz est labellisée “grand site de France” et considéré comme l’un des lieux les plus emblématiques des côtes granitiques de Bretagne. J’ai de suite compris pourquoi. C’est effectivement magnifique. Ce que j’ai moins saisi finalement, c’est pourquoi on ne parle pas autant de la pointe de Pen-Hir. Peut-être pour garder le mystère…

C’est pourtant le site que j’ai préféré, à mes yeux beaucoup plus sauvage, marqué d’une sorte de folie insaisissable. Falaises déchiquetées, pierres et roches qui semblent vouloir se bousculer et retrouver la mer, un immense berceau de pierre qu’on pourrait contempler des heures durant. Cet endroit est tout simplement somptueux.

Pointe du Van

Petite soeur de la pointe du Raz, moins fréquentée, moins touristique… Balade très agréable aussi.

La pointe du Raz

Pointe de Penmarc’h

Deuxième jour de route, tout est fermé, tout est désert, forcément c’est férié. Il fait un temps magnifique, que demander de plus?

Oui, bien sûr, que le temps ne change pas. On a croisé très fort les doigts (les doigts de pieds aussi, juste pour être sur, mais j’étais toute seule à le faire vu que Nico était trop occupé à conduire. J’en déduis donc que c’est de sa faute s’il a plu un peu le premier jour). Mais voila, on a eu une chance incroyable, soleil magnifique sur tout notre voyage, c’était formidable.

De toute façon la Bretagne, on l’aime comme ça et on ne vient pas pour râler! Non mais!

Faire de la route avec juste une carte en poche et pas d’idées précises de ce qu’il y a à voir sur les sites a son charme. Néanmoins lorsqu’on arrive devant la jetée, on ne voit pas les rochers auxquels on s’attendait et on se sent un peu perdu. Le paysage est joli mais rien de très…rocheux. On se demande si on est au bon endroit, puis on se dit que le demander directement à quelqu’un ce sera mieux.

“La pointe de Penmarc’h? Oui vous y êtes. Vous cherchez les rochers de Saint-Guénolé sans doute…?”

Et voila, une demi-heure plus tard on y est, avec un joli rayon de soleil et des vagues qui nous offrent un superbe panorama, ce qui n’est pas sans me rappeler un petit peu la côte de granit rose.

Camaret et Anse de Dinan

Nous sommes à l’extrême ouest de la presqu’île de Crozon. Nous nous apprêtons à passer notre première nuit en camping, mais avant de poser la tente et la voiture sur le terrain, une visite de Camaret s’impose. Et elle vaut le détour!

Le port, les plages et le cimetière marin, la tour Vauban… Tout ces sites se prêtent agréablement à une petite session photos, avant de faire un crochet par l’anse de Dinan et son château.

Quiconque connait un peu sa géographie bretonne peut deviner que Dinan ne se trouve pas tout à fait à côté de Crozon…

Il s’agit simplement du nom qu’on donne à une formation rocheuse se situant dans la pointe de Dinan. (dernières photos de la page, le beau temps n’étant malheureusement pas de la partie cette fois-ci)

Un tour en Finistère…

Voila quatre ans qu’on se connait Nico et moi. On partage beaucoup de choses : harmonica, théâtre d’impro, même amour de la bonne bière et du Québec (sans parler des Cowboys Fringants)… Alors forcément on en vient à se demander comment ça se fait qu’on a jamais voyagé ensemble…

Pour une première fois on se contentera d’une petite virée en France. (et puis qui a dit qu’il fallait partir loin pour se sentir dépaysé? Certainement pas celui qui a déjà posé les pieds en Bretagne…)

On a l’un comme l’autre besoin de bouger un peu, du temps devant nous et les deux pieds qui ne demandent qu’à fouler cette belle terre du Finistère. Notre projet : s’arrêter aux différentes pointes jusqu’à la Presqu’île de Crozon, en terminant par le cap de la Chèvre. Des pointes il faudra en sélectionner, vu qu’on découvrira assez rapidement qu’il y en a beaucoup. Il fallait donc faire un choix (ce qui est toujours frustrant quand on est dans une région aussi belle que la Bretagne, mais qui a dit que voyager était facile?). Nous nous sommes donc arrêtés, dans l’ordre, à la pointe de Penmarc’h, la pointe du Raz, la pointe du Van, la pointe de Pen-Hir.

  • Départ de Toulouse mardi 07 mai, Nico me récupère à Agen et nous prenons la direction de Nantes où nous passerons la soirée et la nuit.
  • Mercredi 08, petit tour par la région de Fouesnant, visite de Concarneau, Quimper et nuit à Tregunc (où nous nous arrêterons à la brasserie Britt bien évidemment)
  • Jeudi 09, pointe de Penmarc’h, pointe du Raz, pointe du Van, route jusqu’à Camaret et nuit sur place.
  • Vendredi 10, pointe de Pen-Hir, cap de la chèvre, route jusqu’à Carnac (sans les menhirs pour cause de mauvais temps) et nuit sur place avant de reprendre la route pour Nantes le lendemain pour Nico, et retour à Agen pour moi.

En somme beaucoup de routes à faire, deux réveils à programmer assez tôt chaque matin (!) mais un nombre d’étapes assez limité pour pouvoir prendre notre temps et l’utiliser comme bon nous semble…

  • 1er jour

Je n’ai malheureusement pas de photos de Concarneau, nous avons essuyer la pluie en continu lors de cette première étape et les photos n’ont pas donné grand chose… Tant pis. Néanmoins je me console en me rappelant que j’ai été de toute façon beaucoup plus enthousiasmée par Quimper…

Ne pas passer votre hobbit dans la machine à laver…

…sinon il rétrécit!

Nous vous recommandons de le laver à des températures douces. Les sources d’eau chaudes lui plaisent beaucoup également. Si vous n’y prenez pas garde le hobbit peut passer un long moment sous la douche le matin, ou prendre un grand bain le soir. (Le hobbit n’est pas toujours écolo, cela va de pair avec son humeur matinale qui le ralentit quelque peu). Vous pouvez le laisser sécher naturellement (air libre et soleil sont de rigueur). Il arrive que le hobbit passe de façon totalement inexpliquée de 1,55m à 1,50m… Les journalistes l’intimide un petit peu… :)

http://www.ladepeche.fr/article/2012/12/12/1511803-agen-iris-dans-les-yeux-d-une-globe-trotteuse.html

“Comment pourrais-je lui avouer que ma croissance est terminée? Jamais elle n’acceptera de m’épouser…”

Allez, trêve de plaisanterie, je vous laisse découvrir l’article. Je m’y retrouve, j’en suis heureuse, et je remercie particulièrement toute l’équipe du Petit Bleu, La Dépêche et Christian pour leur gentillesse!

 Oui le hobbit peut rentrer dans n’importe quel terrier! 

A bientôt!

Iris

T’as voulu voir Lyon et on a vu Lyon…

C’est ici que j’ai retrouvé Delphine pour la seconde fois, la première s’étant déroulée chez moi cet été alors que nous n’envisagions pas encore de voyager ensemble en Nouvelle Zélande à l’automne 2013. J’ai donc décidé de la rejoindre chez elle, à Lyon.

C’était ma deuxième virée lyonnaise, mais avec plus de temps et de soleil que la première fois, le charme a définitivement opéré. Me voila conquise par cette ville magnifique!