Des phoques moqueurs et des dauphins timides

Samedi 21 avril, notre excursion est réservée depuis une dizaine de jours déjà. Nous partons à Queenscliff, lieu réputé pour sa colonie de phoques et ses dauphins. 26degrés à Melbourne, un peu moins à Queenscliff mais le soleil est au rendez-vous et c’est le principal! Pas du tout de vent, route agréable, tout va bien! Départ à 11h, nous arriverons à midi 45 à Queenscliff.

J’ai eu deux fois la possibilité de nager avec les dauphins. Sur la côte ouest du Mexique pendant mes vacances en mai 2010, et à Bali en octobre dernier dans plusieurs parcs proposant cette activité. Pour des raisons éthiques je me suis toujours refusé de passer par ce genre de tours, ou plutôt devrais-je dire ce commerce et cet esclavage révoltant de l’animal qui finit par le rendre dépressif ou le tue. L’un des meilleurs articles que j’ai trouvé jusqu’à maintenant, et que je vous invite à lire : http://www.one-voice.fr/oceans/la-captivite-dauphin-en-danger/

Bref, il ne s’agissait pas ici d’un tour pour nager dans une piscine minuscule et faire deux caresses à un dauphin angoissé (non ce n’est pas parce qu’il sourit qu’il est heureux), mais plutôt partir en mer et approcher des dauphins sauvages. Notre tour propose d’approcher des dauphins mais également des phoques. Et heureusement car ce sera notre consolation. Pas de dauphins ce jour là, à notre grand regret. Ou plutôt moyen regret, comme je l’expliquerais un peu plus tard.

Nous avons embarqué sur le bateau vers 1h30. Le temps pour l’équipe de distribuer les combinaisons ainsi que les palmes-masques et tuba. Toutes les consignes nous seront donnés à bord, comment descendre du bateau, comment palmer (pour ceux n’ayant jamais fait de snorkelling), etc… Nous sommes 6, 4 couchsurfers dont Mark qui m’a aidé à organiser le tour en gérant la collecte et le transfert d’argent vers l’agence, Hripsime et Steffi, ainsi que la sœur et le beau-frère de Mark. Personne ne se connait très bien mais nous passerons une journée dans une très belle complicité et une très bonne atmosphère.

Le trajet en bateau est très agréable. Au bout de 20 minutes nous apercevons une belle colonie d’oiseaux qui ressemblent très fortement aux Fous de Bassan qu’on peut voir au Québec. Impossible de savoir ce que c’est. Je continue mes recherches… Les photos ne sont pas prises d’assez près pour être sure, mais j’ai l’étrange sentiment qu’il s’agit bien de Fous de bassan. Malheureusement internet ne me donne pas beaucoup d’infos sur une éventuelle colonie à Queenscliff et je n’ai pas penser à demander en sortant du bateau. Dommage…Fou de bassan ou autre chose?

 

 

 

 

On profite de ce spot pour sauter une première fois à l’eau, juste histoire d’admirer les fonds et observer les coraux. Je cherche des yeux mon premier dragon de mer. Je sais qu’on peut en voir dans ce coin là. Sans succès. Mais les fonds sont magnifiques, avec quelques bancs de poissons encore jamais vus, et un adorable petit crabe qui semble tout perdu… Malheureusement pas de photo sous l’eau (ce sera quand je serais riche :-) Par contre on profite de la remontée sur le bateau pour jouer les stars et faire quelques photos sur le filet. Bon, si vous avez déjà enfilé une combinaison de plongée vous comprendrez qu’il n’y a pas de quoi se pavaner (fesses et seins écrasés, ventre comme une pastèque…”Attends mais le pli là, c’est la combi ou c’est moi qui prends du gras de partout?” “mais non chérie, c’est la combi, ne t’inquiète pas”). Ceci dit on s’amuse, on est heureux, donc profitons-en!

Enfin nous voilà arrivés au plus gros spot de plongée (je parle de plongée en tant que descente à l’eau, il ne s’agit pas ici de plongée puisque tout le monde restera toujours à la surface en Palmes-Masque-Tuba, soit PMT ou randonnée palmée, ou encore Snorkelling).

Et là ce qui me gênait un tout petit peu au départ l’est devenu plus encore à ce point de l’excursion, à savoir le nombre de gens. J’ai fouillé pas mal de forums, de sites de voyages, des pages comme tripadvisor pour avoir des retours sur les agences et choisir au mieux. J’avais notamment un critère en tête : le nombre de personnes maximum à embarquer sur le bateau. Et il se trouve que quelque soit la compagnie que l’on trouve, il n’y a pas beaucoup de marge de différence. A savoir qu’un bateau part entre 20 et 30 personnes, quelle que soit la compagnie. Ce n’est pas faute non plus d’avoir cherché du côté des sites internet genre Groupon, mais là c’est pire encore. Nous étions 23, et quand je pense qu’on aurait pu monter à trente j’ai encore des frissons… C’est trop, définitivement trop. Nous sommes censés rester un minimum en groupe et près du guide pour pouvoir entendre les consignes et remonter sur le bateau quand le moment est venu. Sauf que former un groupe de 23 personnes, pas trop près l’un de l’autre pour ne pas s’envoyer une palme dans la tête, pas trop loin pour ne pas se mettre en danger, c’est compliqué!! Une quinzaine de phoques bronzant sur le ponton et une dizaine dans l’eau, ça parait plutôt chouette et suffisant. Sauf que lorsqu’on est une vingtaine ça devient un peu la chasse au phoque (sans mauvais jeu de mot, pardon Brigitte). Bref, on se retrouve un peu à nager de toute part pour tenter de s’approprier SON phoque. Finalement même si je n’ai pas eu ce sentiment d’être “entourée” par les bêtes comme je l’espérais un peu, j’ai eu plusieurs magnifiques moments. Notamment par la rencontre avec un tout petit qui m’a fixé de ses grands yeux et est passé juste sous mon ventre. Deux autres encore dont le ballet sous l’eau à quelques centimètres de moi m’a laissé émerveillée et émue… Puis approcher du ponton et pouvoir contempler les phoques de près était là encore un merveilleux moment. Ça se chamaille, ça grogne, ça roule, ça se bisouille et se câline, et surtout, surtout, ça se marre!! Vraiment. Le phoque a un cri qui ressemble à un gros rire, et c’est contagieux. On se demande quand même si ce n’est pas de nous voir tous en groupe dans nos combinaisons fluos, les joues gonflées par le tuba et l’air ahuri dans cette eau glacée qui leur donne envie de se bidonner comme ça…

Voilà, j’ai eu de beaux moments qui valaient le déplacement, c’est certain. Est-ce que je regrette de ne pas avoir vu de dauphins? Pas vraiment. Je pense que j’en verrais au Vanuatu ou en Nouvelle Calédonie. Ou peut-être même en Nouvelle Zélande puisque c’est là à la base que je voulais faire cette excursion, mais je n’ai pas pu/voulu attendre. Quoiqu’il en soit, je ne referais pas une activité avec autant de monde. Ça perd en authenticité, ce n’est pas vraiment ce que je recherche. Quand je repense à cette journée sur Maria Island et ce petit moment tout simple et magique à deux pas du wombat, je me dis que je tiens là le véritable type de “rencontre” dont j’ai besoin. Simple, vraie, dans la nature et dans le respect de l’animal.

Nous avons eu une deuxième jolie surprise et petit bonus. Il est très facile de voir des raies manta depuis le port de Queenscliff, sans doute attirées par les pêcheurs et les restants d’appâts tombés au fond de l’eau. Là encore nous avons eu droit à un superbe ballet aquatique. Et quelques jolies photos…

Ma prochaine plongée se fera le mois prochain dans la Grande Barrière de corail, juste avant de quitter l’Australie, et j’espère que les températures seront plus clémentes. C’était la première fois samedi que je nageais dans une eau glacée comme ça. Habituellement je ne suis pas très frileuse quand il s’agit de se mettre à l’eau. Une jolie plage, quelques rayons de soleil et je courre me baigner. Mais là même avec la combinaison, c’est assez difficile. Je salue grandement le professionnalisme de l’équipe qui entre les deux plongées nous a offert de quoi nous réchauffer, thé, café, chocolat chaud, et de quoi grignoter. La compagnie a été super, rien à dire la dessus. Deux personnes dans l’eau, deux sur le bateau pour les consignes et réceptionner les gens au cas où. Beaucoup de sourires et d’entrain, une équipe très présente et sérieuse.

http://www.dolphinswims.com.au/

Rendez-vous le mois prochain sur la Grande Barrière de corail!

Iris

 

 

 

2 thoughts on “Des phoques moqueurs et des dauphins timides

  1. Tes photos se chargent plus rapidement. C’est ma connection internet qui est meilleur ou tu as fait ta geek pour resoudre le probleme ?-:)

    En allant voir les dauphins ou les otaries avec un tour ca ne peut jamais etre parfait.

    En Asie, on a tenté plein de fois d’aller pecher sur des tout petits bateaux en discutant avec lespecheurs mais on n’a pas eu de succes meme si on avait eu des promesses en Inde ou en Papouasie. Cependant en insistant, Julien a enfin reussi a trouver un voilier-stop pour faire Melbourne-Brisbane, il aura peut etre la chance de voir des dauphins, ou la barriere de corail sans etre en compagnie de 25 touristes.

    Cependant pour vivre ce genre d’experience il faut faire des rencontres par centaines et parler constamment de ces reves et prendre le Temps de voyager et ne pas perdre son temps a travailler pour economiser del’argent pour se payer un tour.
    Cependant les resultats de la methode 1 ne sont pas garanties mais si il y a resultat, alors c’est magnifique.

    • Et oui j’ai fait ma geek :-)
      Disons plutôt que je suis les conseils qu’on me donne…Tiens d’ailleurs j’ai fait ma couleur ce soir, j’ai failli suivre ton dernier conseil et partir sur quelque chose de plus trash mais je suis restée raisonnable. Encore un peu :-)

      Je ne suis pas déçue du tour en lui-même. Je pense juste que c’est le genre de choses qui ne me convient qu’à moitié. A mon avis beaucoup de gens n’ont pas prêté attention aux autres personnes et s’en fichaient. Pour certains ça n’a aucune importance, pour moi si.

      Mais la rencontre avec les animaux a été magique, et c’est le principal! :-)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>