Coimbra

Après deux journées de flanage très agréable à Aveiro, me voici arrivée dans la ville universitaire la plus ancienne du Portugal. Un nouveau coup de coeur pour cette ville merveilleuse, son université magnifique et ses rues agréables. J’ai jeté un oeil rapide sur la carte offerte par l’office de tourisme avant de me décider à la laisser au fond de mon sac et à me perdre au hasard des rues et de mes envies. Petite pause dans un restaurant un petit peu plus luxueux que d’accoutumée (où j’ai pu savourer un mijoté de cabri cuit dans un vin rouge, absolument divin), et j’ai encore une fois fermé les yeux sur le prix des entrées.

Oui avec tout ça j’ai oublié de vous parler d’une petite tradition dans les restaurants du Portugal qui fait souvent grincer des dents les voyageurs peu ou mal informés.

En vous asseyant à la table de votre restaurant (une grande majorité de lieux adopte cette pratique, que ce soit dans les grandes villes ou en campagne) vous trouverez devant vous toute sorte de petites entrées appétissantes : pâté de sardines, olives, petites tapas…qui vous seront facturées si vous y touchez! Il est bon de le savoir avant de faire quelques scandales parfaitement inutiles et plutôt déplacés… Quoiqu’il en soit j’ai tenu bon les premiers jours, puis j’ai fini par céder et croquer dans tout ce qui se trouvait sur ma table. Pour ceux qui se demandent encore comment on peut manger à la table d’un restaurant tout seul sans éprouver la moindre tristesse, je vous répondrais seulement que pouvoir éviter d’interminables discussions sur l’addition avec des gens plus raisonnables que vous (ce que je ne suis pas toujours) est bien pour moi synonyme de vacances… A la fin du séjour j’ai conclu un accord avec ma conscience et ma carte bancaire (ces deux la ne s’entendent pas toujours…), pas de dessert ni de verre de vino verde si je cède. Bon j’avoue ça n’a pas toujours marché non plus. Mais l’idée était bonne je crois.

Comment ça je ne vous ai pas encore parlé de mon amour pour le “vino verde”?

Ce sera pour une prochaine fois…

Une autre tradition des plus sympathiques : la charcuterie flambée, que vous pouvez voir en photo ci dessus. On peut trouver ces espèces de planches en pierre dans beaucoup de supermarchés et dans des boutiques spécialisées en matériel de cuisine (à ne pas acheter dans les boutiques à touristes au risque de payer ça au prix fort)

On verse de l’alcool dans le fond qu’on fera ensuite flamber juste après y avoir déposer la charcuterie, piquée au préalable sur toute sa longueur et des deux côtés (charcuterie portugaise cela va de soi!). Mon premier couchsurfer m’a fait tester avec de l’alcool à 90, solution naturellement plus économique (non ne faites pas la grimace, le parfum s’évapore avec la cuisson…), mon second couchsurfer m’a fait essayer avec du Cognac. Bon s’il est vrai que le parfum infect de l’alcool à 90 s’évapore, le parfum du cognac sur la charcuterie quant à lui reste un peu et donne un goût plutôt agréable. A décider en fonction des finances. Une petite trouvaille plutôt simple mais qui séduit à tous les coups!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>