Tu m’endors si je me réveille?

C’était le paradis. J’ai eu l’impression de ne jamais avoir vu la couleur bleue avant ce séjour là bas. De ne jamais avoir autant rêver devant la mer, de ne jamais m’être sentie au bout du monde. Ou sur une autre planète. Ces 5 jours sont vite passés, mais j’ai encore du mal à toucher terre. Encore un pied dans la mer. Ile des pins je te reviens…

Un récit en photos, un post jour après jour.

Samedi 26 mai

Je suis tombée sur cet événement sur couchsurfing avant d’arriver à Nouméa. J’ai tout de suite su que j’irais, sans me poser la moindre question sur d’éventuels frais ou quoi que ce soit. C’était pour le week-end de mon anniversaire, j’avais déjà un peu entendu parler de cette île, tout collait à merveille.

Rendez-vous à 6h du matin ce samedi 26 mai. Nous serons 9 et pas dix. 4 filles : Julianne, Alexandra et Hélène que je retrouve de nouveau, et moi. Julianne est là pour le week-end seulement, et du coup notre petite équipe de trois filles en escapade autour de la grande terre se retrouve de nouveau! Toujours aussi complices. Et 5 garçons que je connais déjà, sauf un. Loic. Et encore une merveilleuse rencontre… Tout le monde restera jusqu’à mercredi.

Trajet en mer agréable. On m’avait dit de faire le trajet en bateau, que ça en valait vraiment la peine. Tout le groupe s’était mis d’accord pour le bateau, qui coute bien moins cher que l’avion. Mais même sans ce détail j’aurais choisi d’y aller de cette façon là. Longer les côtes et voir l’île des Pins se rapprocher de nous peu à peu fut un moment magnifique.

Arrivée à 9h45. Personne de malade, tout le monde va bien. Merveilleux mon capitaine on peut repartir! Direction notre premier camping où nous poserons nos affaires avant d’aller profiter de la baie de Kuto et de son célèbre rocher.

Punky Poule est déjà dans son élément. On ne peut plus la retenir! Elle grimpe aux pins colonnaires qu’elle adore, et sur les rochers aussi. Et médite devant la mer…comme toute poule qui se respecte bien sûr!

La première journée sera consacrée au tour du rocher de la baie en snorkelling.

J’ai découvert grâce à Alexandra l’existence des pochettes de plongées pour appareil photo. Complètement révolutionnaire!! Bon, on ne peut pas aller à plus de 5mètres avec mais c’est quand même super et assez abordable! Étant donné que je n’ai pas les moyens de m’offrir un caisson de plongée pour mon appareil (pas plus qu’un appareil photo digne de ce nom), je vais craquer pour une pochette très bientôt. En attendant j’ai pu profiter des pochettes et caissons de tout le monde. Pour une fois, j’ai des photos! YES!

Petit dictionnaire de plongée et de quelques merveilles qu’on peut trouver ici :

Les bénitiers : Il s’agit du plus grand coquillage au monde. Leur nom provient de leur utilisation dans les églises catholiques pour contenir l’eau bénite. Photo prise à la piscine naturelle d’Oro :

(mais c’est bien sûr plus joli ouvert)

Les patates de corail : Ce sont toutes ces différentes formes de coraux, plus ou moins arrondies, plus ou moins grosses, qu’on trouve sur les fonds. Leur forme évoque celle d’une patate, évidemment.

Les gorgones : Un type de corail à tentacules, souvent de couleurs vives. On en trouve beaucoup ici…

Et les bêbêtes…

Je ne vais pas faire un listing complet de tous les poissons et autres bestioles qu’on peut trouver ici. Simplement deux qui m’ont vraiment marqué.

Le “baliste Picasso”. J’ai du éplucher un livre pour trouver son nom. C’est de très loin mon poisson préféré, et un de ceux qui m’a donné l’envie de commencer à tester un peu l’apnée et à aller taquiner la vie sous-marine. Il est tout simplement superbe, fascinant, tellement agréable à contempler. Malheureusement pas de photo personnelle, mais je joins quand même une petite image “pêchée” sur la toile :

Le tricot rayé : bien sûr c’est le petit pull que vous a tricoté votre mamie à l’hiver de vos dix ans. Mais c’est aussi le nom d’un des serpents les plus dangereux du monde (son venin est dix fois plus puissant que celui du cobra). Mais curieusement il n’attaque pas l’homme, sauf s’il se sent vraiment menacé. On peut le voir dans l’eau ou sur la roche. C’est là que j’ai aperçu mes deux tricots rayés, un gros et un plus petit. J’ai pu m’approcher assez près…bon la photo a été vite prise quand même, je vous rassure!

 

 

 

 

Revenons-en à notre beau rocher…

De plus près, voilà à quoi il ressemble. Majestueux lui aussi dans son lit d’eau turquoize…

Nous finirons cette première journée sur une plage un peu plus éloignée et tranquille. L’occasion pour ces messieurs de trouver un jeu à la forme originale mais aux règles simples : la noix de pétanque!

Repas grillades et vin pour notre premier soir. On ne fait bien connaissance que le ventre bien rempli, c’est bien connu! On pars dans nos tentes, le sourire aux lèvres et déjà impatients de voir arriver cette deuxième journée.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>