La pointe nord et la corniche calédonienne

Samedi 19 mai

La route vers le bout du monde

Nous décidons de prendre la route vers la pointe et de faire les grottes de notre côté plus tard. La plupart des couchsurfers qui arrivaient directement de Nouméa hier ont compris le souci du camping et se sont arrêtés à Koumac. Nous sommes donc seules à Poum avec encore beaucoup de route à faire jusqu’à jeudi prochain, et plus la moindre envie de redescendre pour remonter à nouveau. Tant pis…

Nous voilà donc partis pour le bout du monde, à savoir Boat Pass. Une grande étendue de plage qui offre une vue magnifique sur les îles entourant le nord de la Calédonie dont l’archipel des Belep. La lumière et les reflets me rappellent le salar d’Uyuni. Les effets ne sont bien sûr pas les mêmes, mais l’émotion que je ressens en contemplant ce paysage sauvage et désertique est bien là. C’est le petit point rouge tout au nord sur la carte :

Des nuages tombés à l’eau…

A Boat Pass il y a le relais de Poingam. Un superbe gite en bord de plage, très réputé également pour son restaurant. C’est un peu cher, mais terriblement bon aussi. Cuisine locale fine et copieuse. Nous n’avons pas les moyens de prendre un menu, ni l’envie de craquer pour le moindre cocktail, mais on se laisse tenter par l’option plat+dessert. Sans remord! On l’a bien mérité puis on sait qu’on repasse en mode nouilles le soir… Et effectivement c’est tellement bon! Cari de cerf et sauce poingo (genre de bananes) pour moi, et mousse chocolat/coco en dessert pour tout le monde. Évidemment! :-)

Nous reprenons tranquillement la route de Koumac où nous avons prévu de faire les grottes le dimanche matin, ainsi qu’une autre petite rando sympa à travers les roches de Notre Dame. Nous prenons tout notre temps et profitons de petites pauses détentes tout au long de l’après-midi.

Dimanche 20 mai

Je me lève très tôt ce matin là, comme à mon habitude. Les filles dorment encore. Le temps est magnifique et je décide d’aller me balader jusqu’au bout de la plage qui longe le camping. J’assiste de nouveau à un spectacle qui me laisse sans voix. Quelque chose d’incroyablement beau, et pourtant statique. Toute l’étendue d’eau semble presque totalement figée, comme pour mieux laisser libre ses arbres éparpillés à la surface. J’en tirerais je crois mes plus belles photos. Un paysage un peu étrange et touchant…que je partage avec deux autres lèves-tôt. Je discute un peu avec eux, surtout avec un des garçons originaires de Bretagne, chauffeur poids-lourd qui cherche du travail en Nouvelle Zélande. J’ai cette impression de déjà vu un peu bizarre. Il est sur de me connaitre lui aussi. Bien sur, on a échangé par couchsurfing une semaine avant. Il se souvient de moi et de mon pseudo sur le site. Le monde est décidément très petit… Petite discussion sans prétention et chacun retourne à son café et sa tente. Les filles se réveillent petit à petit…

Les Roches de Notre Dame

Une petite heure autour du massif histoire d’admirer le relief et grimper assez près des plus hautes roches.

Les grottes de Koumac

Situées à 15 kilomètres de Koumac les grottes se cachent au cœur d’une belle forêt où on peut pratiquer l’escalade. Le site est très impressionnant : 360 mètres de galeries à explorer, dont une partie dans l’eau que nous ne ferons pas. C’est la première fois que je fais une visite dans des grottes aussi profondes. Je prête ma lampe frontale à Hélène et garde la lampe ultra puissante que m’a prêté Nico. Choix pas si judicieux vu que c’est moi qui prend le plus de photo et que ce n’est pas très pratique d’escalader avec un appareil dans une main et une lampe dans l’autre… Bon, je m’en sors quand même. Arrivée devant la première grande cavité d’eau qui nous signale la fin de notre exploration (après 45 minutes de marche), nous décidons de couper les lampes et de faire silence. Juste pour prendre conscience au plus profond de nous mêmes de l’atmosphère intense de ce lieu. Pas un souffle, pas un bruit ni un rayon de lumière. Le noir total. C’est presque étourdissant. Nous restons une minute comme ça avant de rallumer et de contempler émerveillées l’étendue d’eau dans son lit de roche. L’occasion pour Alex, notre grande sportive que rien n’arrête, de nous conter ses histoires de plongée de nuit et de spéléologie. Moi qui suis d’ordinaire assez fière de mes exploits sportifs en rando, je me sens bien seule entre Alex la grande plongeuse et Hélène l’apnéiste de première catégorie.

Nous rebroussons chemin, il est temps d’attraper enfin cet embranchement à la sortie de Koumac et de prendre la direction de la côte est. Direction le camping de Ouane Batch à Pouebo…

Lundi 21 mai

Matinée snorkelling depuis la plage du camping. L’occasion de suivre pendant quelques minutes deux tortues et de superbes poissons, et de voir le plus beau jardin corallien de ma vie (pardon Bali, pardon Lombok).

Nous resterons une heure dans l’eau avant de retourner sur la plage, encore pleines d’entrain toutes les trois. L’occasion de quelques exercices de gym et de réapprendre le “salut au soleil”, grâce à Hélène. Pas de photo, de toute façon le résultat est quelque peu désastreux! :-) Mais on s’amuse bien. La journée s’annonce très belle. Et elle le sera vraiment…

La corniche calédonienne, de Pouébo jusqu’à Hiengène.

La route depuis Pouebo est vraiment jolie. Nous nous arrêtons pour visiter l’église, particulièrement intéressante.

Et quelques micro-ondes recyclés en boite aux lettres… Quelle drôle d’idée!

Nous avons les deux plus belles cascades de l’île sur notre route : la cascade Colnett et la fameuse cascade Tao, qui mérite à elle seule ce voyage en Nouvelle Calédonie.

Colnett est assez belle, mais définitivement moins impressionnante que Tao. Elle mérite tout de même un arrêt, une jolie promenade et quelques photos.

La cascade Tao

Elle est immense, magnifique, sa proximité avec la mer rend l’endroit encore plus beau. Mais c’est tout le site qui entoure la cascade qui rend la balade époustouflante. On grimpe plusieurs paliers à travers la forêt, révélant différents points de vue sur les chutes et différentes piscines et bassins naturels où se baigner (J’ai même pu photographier un ourson avec un cœur en cailloux, vous l’avez trouvé? C’est mon côté Amélie Poulain qui ressort de nouveau..). En tout nous franchirons 4 paliers avant d’arriver au pied même de la cascade principale. Les gens se baignent un petit peu partout, mais surtout au 2ème palier où il y a quelques chutes d’eau forment des toboggans qui font le plaisir des jeunes comme des plus grands. J’avais un peu oublié qu’on pouvait se baigner, et je n’ai pas pensé à emporter le maillot. Mais visiter la cascade Tao sans se baigner c’est un peu comme…hum, visiter le Pérou sans voir le Machu Picchu? Ok mauvais exemple… Passons. En attendant je saute à l’eau!

Il est temps à présent de prendre la direction du camping de Hiengène. Nous nous arrêtons encore sur la route pour admirer la “poule couveuse” et le sphinx, deux énormes formations rocheuses dans la mer, à quelques kilomètres de Hiengène. Extraordinaire…

Pour ceux qui auraient trop bu ou seraient éventuellement très fatigué, je précise que le sphinx est la première image, et la poule la seconde…Haha!

Encore deux jolies vues prises d’un peu plus haut :

Arrivée à Babou côté plongée. Installation de la tente. 5ème nuit dans une tente deux places où nous dormons à trois…Heureusement qu’on s’entend bien! :-)

Les filles sont fatiguées, et moi je viens de passer une de ces journées tellement rassérénante et belle que je n’ai pas envie de dormir. J’attrape notre dernière bière et me dirige vers un groupe de gens en plein apéro que j’ai repéré quelques instants plus tôt, et me fait inviter à m’asseoir. Il s’agit en fait pour la plupart de moniteurs de plongées et personnel du camping. C’est comme ça que j’apprends que le propriétaire du camping et club de plongée à vécu pendant de nombreuses années…à quelques kilomètres de chez moi! Son oncle était le directeur du collège où j’ai étudié, et sa cousine est à présent directrice de l’école primaire où j’ai passé 4 années de mon enfance (et surtout échangé mes bonbons pas bons). Sacrée coïncidence…! Pour l’heure nous en sommes surtout à quelques jeux de cartes un peu alcoolisés, et un peu de jeu de feu. Elle est jolie, a un sourire magnifique et donne envie de la photographier. Alors c’est parti.

Et la version masculine très sympathique aussi…en un peu plus flou malheureusement.

Il est presque une heure trente du matin et une matinée sportive nous attend demain… Au dodo!

La suite au prochain épisode!

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>