Tutuba Island

Millenium cave

Turtle Island

Va, vis et deviens…Vanuatu

J’ai passé une semaine au Vanuatu. C’est court, très court. Je ne voyage jamais comme ça, à part en Europe. Ça ne laisse que peu le temps d’aller à la rencontre des gens, de découvrir vraiment. Mais je n’avais pas vraiment le choix ni le budget. Je savais que le Vanuatu coute cher. Je le savais aussi pour l’Australie, mais on ne le réalise vraiment qu’une fois là bas, quand on met un prix sur les choses, qu’on se restreint, qu’on soupire, qu’on revoit ses ambitions à la baisse.

En bref…

J’ai aimé le sourire des gens, qui n’est malheureusement pas présent partout comme je l’aurais imaginé. Mais quand il est là, qu’il vous attend sur le bord des routes, sur le palier des maisons ou face à vous, qu’il vous illumine comme cela m’est arrivé souvent, c’est merveilleux!

J’ai aimé chacune de mes excursions.

J’ai adoré rencontrer Alexandra (oui une autre!) et partager ce voyage avec elle, et Laurent qui m’aura accueilli, hébergé et aidé à construire tous ces moments inoubliables.

Je ne pourrais jamais oublier le volcan de Tanna, monter impatiemment jusqu’au sommet et rester figée devant chacune de ses explosions. Je me souviendrais à jamais de ce bonheur, cette chance de voir une éruption volcanique. Les grondements, la fumée, la magie. Nous avons dormi le jeudi soir dans des bungalows au sommet d’un banyan et la nuit nous entendions le démon Yasur. Extraordinaire.

J’ai beaucoup moins aimé…

Ne pas avoir la liberté d’être un voyageur indépendant. Là bas on ne lève pas le pouce, on ne ne plante pas sa tente chez les gens. On se prépare aux resorts et au tourisme de luxe. J’ai été très déçue. Je voulais éviter la capitale, Port Vila, et passer le maximum de temps avec les locaux. Je n’aurais tout de même pas été totalement comblée à Espiritu Santo pour autant. Je garde le sentiment qu’il faut vraiment aller chercher l’authenticité bien au delà des îles principales (ce qui reste tout de même difficile vu le prix des billets pour les petites îles autour) C’est assez pénible. Mais notre excursion à Tutuba aura tout de même brisé la glace et aider à passer de beaux moments.

Le rapport avec l’argent. Tout se paye, rien ne se marchande (ou un peu, mais ce n’est pas très bien vu…). Tout est vraiment cher, et il faut arriver ici avec un budget conséquent. Pas de transport en commun mais des taxis, peu d’auberges mais surtout des resorts et hôtels de luxe, pas de camping, et chaque endroit attrayant, chaque trou d’eau, chaque grotte se paye au prix fort. Les droits d’entrée sont parfois exorbitants… Le Vanuatu n’est pas vraiment une destination bon marché pour jeunes backpackers aventuriers. C’est dommage, il y a tant et tant à découvrir, et peu de gens préparés à un tourisme plus “large”, s’adressant à des gens de tout milieu et tout horizon.

En résumé, le Vanuatu est un pays qui prend du temps si l’on veut le découvrir au mieux, s’y égarer, s’y perdre, s’en émerveiller. Beaucoup d’îles différentes les unes des autres. J’ai suivi mon instinct en choisissant Espiritu Santo. Je ne le regrette pas, j’ai vu beaucoup de choses merveilleuses. Je regrette simplement de ne pas avoir pu faire plus d’îles pour pouvoir comparer, voir des endroits plus reculés et peut-être davantage préservés du tourisme. Parce que si la Nouvelle Calédonie contrairement à ce qu’on croit n’est pas très touristique, ce n’est pas le cas du Vanuatu. Qu’on se le dise (et suffisamment tôt)

Itinéraire et moments passés

Vendredi 15 juin : Départ pour Espiritu Santo. Arrivée à Luganville et accueil par Laurent qui a créé une association pour promouvoir le tourisme sur son île et aider au mieux les voyageurs (et par la même occasion les réunir pour partager les frais des excursions, ce qui me sera très avantageux)

Samedi 16 juin : journée sur Turtle Island. Départ avec Laurent et le groupe pour un barbecue sympa sur un îlot. Joli spot de PMT et de beaux moments.

Dimanche 17 juin : Millenium Cave

L’occasion pour moi de découvrir une fois de plus une grotte extraordinaire, dans l’eau cette fois-ci (!), et de découvrir aussi le canyoning.

Lundi 18 et mardi 19 juin : Départ pour Tutuba Island, au large d’Espiritu Santo. A la rencontre des habitants. Deux jours là bas avec Alexandra à dormir dans un bungalow de paille en tribu, apprendre à faire le kava (dont j’avais déjà parlé auparavant en Nouvelle Calédonie. Le Kava est originaire du Vanuatu), partir en mer pêcher avec les locaux…Deux jours inoubliables.

Mercredi 20 juin : voyage sur la côte est, jusqu’à Port Olry, la pointe nord de la côte. Malheureusement nous avons eu un temps déplorable…mais un ciel assez clément pour faire un arrêt sur la route et admirer un des nombreux trou bleu de Santo, ces fameux “blue holes” dont le bleu vous parait simplement…irréel.

Jeudi 21 juin : Ce qui était au départ le but premier de ce voyage, et restera sans doute le moment le plus fort : le volcan Yasur.

Vendredi 22 juin : Retour à Nouméa.

Je vais poster tout ça en photos, page par page et sans commentaire.

Certains voyages se passent de mot…